« Qui se plaint aujourd’hui que le Collège de l’Assomption autrefois privé soit devenu public? Personne! » Flavie Trudel aspirante au poste de présidente nationale de Québec solidaire.

En 1998, il y a bientôt vingt ans, le Collège privé de l’Assomption* après une dure bataille est devenu un cégep public, plus précisément une des trois constituantes du Cégep régional de Lanaudière. « Je me souviens des discussions avec l’exécutif des enseignants qui craignait des pertes d’emplois avec le changement de vocation de leur collège », se remémore Flavie Trudel à cette époque à l’exécutif du syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Joliette. Tout au long du processus, des négociations sérieuses se sont déroulées en priorisant la protection des emplois pour tous et toutes.

La qualité de la formation n’a pas été amoindrie avec l’avènement du cégep public. Le personnel est resté le même et des travaux de rénovation ont été entrepris pour retaper la bâtisse vieillissante et même l’agrandir. Au fil des ans, d’autres enseignants et enseignantes se sont ajoutés à l’équipe initiale. Le cégep à l’Assomption offre aujourd’hui un choix de formations diversifiées et de qualité : 3 programmes préuniversitaires avec différents profils d’études et 7 programmes techniques.

Un plus grand nombre d’étudiants et d’étudiantes de la ville de l’Assomption et des environs peuvent désormais accéder à un cégep près de chez eux sans avoir à débourser des montants importants, comme l’exigeait l’ancien collège privé. Le nombre d’élèves fréquentant l’institution publique a doublé en vingt ans. Aujourd’hui, 2000 étudiants et étudiantes bénéficient d’une formation de qualité et gratuite dans un cégep public.

Ce modèle, où l’école privée plutôt que disparaître se transforme en école publique est à encourager, croit Flavie Trudel de Québec solidaire. « Cela se fait sans traumatiser personne et pour le bien des élèves et des communautés locales. Le député de l’Assomption que j’avais rencontré il y a vingt ans pour discuter de ce changement, qui toucherait également le cégep de Joliette, était favorable à cette métamorphose du collège privé en cégep public. Il se nommait Jacques Parizeau. » précise Flavie Trudel.

Le 12 avril dernier, le député Amir Khadir du parti Québec solidaire a fait une proposition à l’Assemblée nationale du Québec afin que l’État cesse de financer les écoles privées et qu’il mette fin au système d’éducation à deux vitesses.

 

*Le Collège de l’Assomption, fondé en 1832, décernait le diplôme d’études collégiales depuis 1970.

 


Source :
Flavie Trudel Québec solidaire Joliette