Semaine pour un Québec sans tabac : « Le tabac fait souffrir ses victimes avant de les tuer »

Joliette, le 14 janvier 2015 – Dans le cadre de la Semaine pour un Québec sans tabac qui aura lieu du 18 au 24 janvier 2015, la Direction de santé publique confirme que la consommation de tabac, particulièrement la cigarette, est à son niveau le plus bas dans Lanaudière depuis des décennies et que de plus en plus de personnes veulent cesser de fumer. Parmi les personnes qui ne fument pas, il y a autant d’ex-fumeurs que de personnes qui n’ont jamais fumé.
Les moins bonnes nouvelles
Par contre, encore plus de 25 % des Lanaudois consomment du tabac et ce pourcentage est plus élevé dans certains groupes de la population. En effet, les personnes ayant un faible niveau de scolarité, un faible revenu ou ayant un problème de santé mentale ou de consommation d’alcool ou de drogues sont plus nombreuses à consommer du tabac. Cette consommation est lourde de conséquences pour leur santé et leur qualité de vie.
Du soutien dans Lanaudière
Comme la consommation de tabac est très nuisible pour la santé, avec une baisse moyenne de l’espérance de vie de 10 ans, tous les moyens doivent être mis de l’avant et même être intensifiés pour aider ces personnes à arrêter. Selon la docteure Muriel Lafarge, directrice de santé publique par intérim, « il faut savoir que le taux de réussite est beaucoup plus bas chez les personnes qui arrêtent de fumer seules, sans aide extérieure. Avec de l’aide, pharmacologique et psycho-comportementale, les personnes doublent ou triplent leur chance de réussite. Il est donc encouragé d’utiliser toute l’aide offerte ».
Du soutien gratuit et facilement accessible :
 Les centres d’abandon du tabagisme en CLSC : pour des rencontres en face à face, avec un professionnel attentif et à l’écoute des besoins des personnes;
 Le programme de groupe « Respire-Action » : ce programme est actuellement offert dans les organismes suivants : le Centre d’action bénévole des Moulins à Terrebonne, le Centre d’action bénévole Émilie Gamelin à Saint Charles Borromée, le Regroupement bénévole de Montcalm à Saint Esprit ou le Service bénévole comté l’Assomption à Repentigny;
 La ligne téléphonique j’Arrête : de l’aide au bout du fil du lundi au vendredi, de 8 h à 21 h au 1 866-JARRETE;
 Le site internet http://www.jarrete.qc.ca pour de l’information et des conseils judicieux;
 Le « smat.ca » : un service de messagerie texte offert par la Société canadienne du cancer.
L’aide pharmacologique est disponible en pharmacie. Il est conseillé d’en parler avec un pharmacien pour bénéficier d’un remboursement pour l’achat de timbres, de gommes, de pastilles ou de l’inhalateur.
Ne pas commencer à fumer : meilleure option
« Le plus grand conseil que je puisse donner aux jeunes est que la meilleure façon de contrer l’industrie du tabac et la dépendance à la nicotine, c’est de ne pas commencer à fumer. Consommer du tabac entraîne l’absorption de milliers de substances toxiques qui ne font qu’endommager la santé et appauvrir les consommateurs. Il faut se rappeler que l’industrie du tabac en créant le besoin artificiel de nicotine, veut avant tout s’enrichir. Elle tente par tous les moyens de rendre le fait de fumer « cool ». Il est important que les jeunes comprennent que la dépendance est rapide et que cela n’est pas du tout « cool », conclut la docteure Lafarge.


Source :
Direction de santé publique
Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière