Variation en noir

COMMUNIQUÉ

VARIATIONS en noir

Galerie YL-S

25 rue Beausoleil

Ville de St-Gabriel

J0K 2N0

Le 26-27-28 oct., 2-3-4 nov. 2018

De 13h à 17h

Vernissage le 27 octobre à 15h

La Galerie YL-S présente VARIATIONS en noir, une installation de l’artiste Yolande Harvey,

récemment honorifiée du prix de l’ « OEuvre de l’année » dans Lanaudière par le Conseil des

arts et des lettres du Québec. Cette exposition dévoilera la toute dernière création de l’artiste,

une installation produite dans le cadre d’une entente régional avec le CALQ.

VARIATIONS en noir fait suite à plusieurs séries de membranes faîtes de fil de cuivre (2007-

2017) dont celles de couleur cuivrée et celles de couleur argentée; l’une présentée dans la

noirceur, l’autre dans un environnement blanc immaculé.

« L’évolution de ma démarche témoigne d’une recherche toujours plus poussée à réduire les

moyens pour libérer la surface de toute matérialité et amener à voir l’immatérialité. Autrement

dit, faire disparaître visuellement le support pour ne laisser place qu’à la lumière.»

« Dans ma dernière expérimentation avec le fil de cuivre argenté, j’ai approché le blanc pour

essayer d’explorer davantage la notion de lumière, autant dans l’espace d’exposition que

dans le matériau qui constituait mes tissages. Et maintenant, si je cherchais la lumière

venant du noir plutôt que du blanc? Si un environnement totalement blanc peut nous amener

à l’expérience d’une forme de pureté, est-ce que l’on peut chercher cet état en extrayant la

lumière de la noirceur? »

La technique de tissage qui est utilisée, s’inscrit dans l’art traditionnel, mais s’ouvre à une

autre histoire qui est celle de la peinture. Ces séries de membranes monochromes tissées à

la main, qui font office de « surfaces peintures », déjouent en quelque sorte les règles de

celle-ci dites « classique » en revisitant ses propres fondements. Entre autres, la lumière qui

entre en contact avec le matériau dynamise l’oeuvre et modifie sa surface au gré du

déplacement du spectateur. Cet aspect lui donne un caractère d’impermanence,

d’éphémérité; une oeuvre en perpétuelle transformation qui nous offre des possibilités de

sens infinies. Rien n’est figé. Des éclats de lumière apparaissent et disparaissent dans une

sorte de danse lumineuse.

Originaire de l’Île-aux-Coudres, dans la région de Charlevoix, Yolande Harvey vit et travaille

maintenant dans Lanaudière. Formée à la maîtrise en arts visuels à L’UQAM elle accumule

également une longue expérience en design d’intérieur et en architecture.


Source :
Yves Louis-Seize